An Interview with La Banlieue du Turfu

Turfu is French slang for the future, and a banlieue is a French suburb. The aim of this project is to create speculative futures for the French banlieues that contradict the dominant narratives of pessimism and deprivation. Not only are these misconceptions misleading, they also stand in the way of the reinvention and revitalisation of these urban neighbourhoods. Interview with Makan Fofana and Hugo Pilate, by Ouassima Laabich-Mansour (Superrr Lab). To read the French version please scroll down!

Image credit: La Banlieue du Turfu

Superrr: How did the project start?

Makan: There is an official version to the start of the project, and an unofficial version. The unofficial one is that I had depression and had to start again from zero — rethinking myself and my environment, abandoning some of my values and knowledge (left-wing political culture, neighbourhood culture, religion, hip-hop) because it didn’t work for me anymore. I wanted to do my own project, inspired by philosophers like Socrates, Nietzsche and Plato. I didn’t ask anyone for advice — not my friends, not an organisation — because I expected they wouldn’t understand my approach. I also expected answers like ‘Your project is not clear, ask a social worker or the job centre for help.’

The official way the project started is a mix between philosophy and entrepreneurial practice. After two years, things were going better and I joined Station F as a start-up manager. It’s an incubator in Paris, which bills itself as one of the biggest in the world. Station F was bubbling. It was the centre of the French start-up scene and everyone wanted to see the next big thing emerge from there — which is to say, the future comes from there. I live in the Paris region, an hour and a half from the centre and one day, on the train, I thought to myself, ‘Why do I need to travel an hour and a half to enter the future? Why can’t the future start in my neighbourhood?’

Superrr: So it was also an empowering journey?

Makan: Yes, you could say that. I like the term used by the philosopher Nietzsche. He talks about the will to power. I was looking for power. Not the power of the people, not political power, not power by force, but something softer that takes into account my vulnerability.

Superrr: How did La Banlieue du Turfu come into being?

Makan: I told myself that in order to develop La Banlieue du Turfu, I needed specific help, a programme that would allow me to give shape to my ideas. So I joined Time 2 Start, a six-month start-up programme for entrepreneurs from the suburbs. But it wasn’t the right space for me I think. I would say that philosophy, reflection is more important to me than selling a minimum viable product. In the world of start-ups, you have to go fast: pitch in one minute, define things concretely. But I couldn’t because I had a thought, a vision in the making, and not a product or a prototype. At the end of the programme, I wasn’t discouraged. On the contrary, I took out a student loan and entered a design school, Strate, after having been turned down twice by other design schools. The third application was the right one, I was lucky.

For my diploma project, I was interested in the idea of the future in the neighbourhood. That’s when I realised that to have a future means leaving the neighbourhood. Getting out is a sign of success. It’s how you show you have succeeded materially and symbolically in the eyes of society. So this means that banlieue + future is an oxymoron. They are antagonists, opposites. Banlieue + dreams is also another antagonism that structures our thoughts: ‘To fulfill my dreams I have to get out.’

I completed my year at Strate and then met Max Mollon, a researcher and designer who introduced me to design fiction as a methodology. I worked with Max for a year, and in collaboration with a Microlycee we carried out design fiction workshops around the theme of the suburbs of the future. The students produced their own narratives.

At the same time, I wrote an essay about La Banlieue du Turfu. I met Hugo after and together we created four workshops to prototype La Banlieue du Turfu with participants in the game Fortnite. One day, Hugo sent me the call for The New New Fellowship. It was the first time I’d applied to a call for La Banlieue du Turfu. I was not confident and tired of regularly failing.

Image credit: La Banlieue du Turfu

Superrr: That‘s super interesting and makes me wonder: when you imagine La Banlieue du Turfu, are there even still banlieues in the first place?

Makan: That’s a very good question. As a designer, I wouldn’t allow myself to make decisions for the people who live in the banlieues, but I do have a perspective.

The first thing is that my cartography no longer separates the centre and the periphery. This is the foundation. Then you have to know that the Earth is a suburb of the Milky Way, so all Earthlings are suburbanites. This cosmic marginality has not prevented life from proliferating.

Secondly, the suburb is born in the world. It is already of the world, it is not ‘outside’. In my opinion, you can’t say of Hollywood, Miami or Dubai, ‘It is too good’ or ‘That neighbourhood is rotten.’ Just because somewhere is more affluent doesn’t mean it has to become the sun in our minds. In the collective imagination, Hollywood is indeed symbolically better than my neighbourhood, but in reality the most elevated places have the least oxygen.

When I’m in the suburbs, I’m in the cosmos and part of the long term. The French banlieues are no more than 50 or 60 years old, and there is no point reducing my existence to such a short span. I am part of the human species, which has a long history. La Banlieue du Turfu seeks neither a structural change nor a change in architecture. No. It is a civilisational change. As soon as you change the relationship between the centre and the periphery, between the barbarians and the civilised, the world changes too.

Superrr: Hugo, what is your perspective on the project?

Hugo: The impression we sometimes got when organising the workshops was that for people not from the banlieues — and it was partially my position at the beginning — La Banlieue du Turfu consisted of making things ‘less bad’ in the banlieues. Unless we’re talking about this vague and somewhat limiting concept of urban culture, like rap, art or sport, it’s not about taking inspiration from them. At first, I was sceptical of the power of the imagination, but it’s through observation, listening to each other you realise, ‘Well yeah, we have to start taking an interest in the ways the suburbs have their own Turfus.’ This is one of the elements that was really interesting in our workshops.

Superrr: Talking about the workshops, could you share any of the young participants‘ visions with us?

Makan: I can tell the dominant narratives I encountered. The first narrative tells of the banlieues through lack. ‘We don’t have this, we don’t have that.’ It is pessimistic. There is a second, optimistic narrative which tries to respond to this pessimism by saying, ‘There’s no problem in the banlieues. People are creative, they are entrepreneurs.’ For me, that’s not a narrative, it’s a reaction to the bad image. Then there’s the third narrative that we’ve already talked about, which is the myth of success. ‘To succeed I have to get out of the neighbourhood.’ It’s an obsession. It comes up all the time — from the mouths of young people, parents, politicians, the media, music and films.

Once, at the very beginning of La Banlieue du Turfu, I did a workshop with a class, coming to it empty-handed. I took a flip chart and wrote: ‘Qu’est ce que la banlieue du turfu pour vous?’ (‘What are the suburbs of the future, for you?’). I said, ‘Now we’re going to talk about the suburbs and the future. What is it for you guys?’ Nobody knew how to answer. When someone spoke up (I will always remember this because I was very surprised), a student said, ‘A bigger flat. Basically, a big house.’ So the future of the banlieues is its opposite: a middle-class neighbourhood. The future of the suburbs was a blind spot in the neighbourhood’s culture.

Another example: a student came to class sad, saying ‘I don’t want to work, my boyfriend just dumped me.’ We said, ‘Well, tell us about your experience and let’s inspire you.’ We came up with elements from African culture, especially the fetish. One group of students invented a story in which fetishes became an institution. Another imagined TV news which didn’t broadcast bad news. And another student invented a fantastic, phantasmagoric story set in his suburb for which he invented an ecological currency, a Poké Ball, in which you grow plants that become the method of exchange. That was cool too. It was a good story, without too much technology because we changed the methodology. It’s more fantasy, which was good, but more difficult when thinking in terms of probable scenarios.

Superrr: Hugo, would you like to give us some context and insights as well?

Hugo: To put it in context, the project had already begun to develop as a participatory platform of the imagination and alternative Turfus. And when I discovered this work I said to myself it would be fun to prototype it or shape in another way, for example by using a video game like Fortnite. On the one hand the game allows us a fairly tangible interpretation of the concepts that emerge from the discussions in the workshops. On the other, using a world-famous platform for this kind of fictional world creation reveals equally interesting cultural biases. And so, we did some hybrid workshops that drew on both worlds where the first part had a theme like the links between La Banlieue du Turfu and Mars, or what an Afro-Cyber-Feminist Turfu suburb would look like. Participants were asked to imagine what this meant to them, design micro-stories that they could perform in the video game, and then build them virtually.

Superrr: Could you give us an example?

Hugo: We started with sentences like ‘In an enchanted alternative suburb, celebrities participate in neighbourhood development through the kebab shop.’ Or ‘School dropouts can discover other skills through the symbiosis they cultivate. They can also study and work whenever they want, thanks to the poetic trees, which recite songs and other texts all day long.’ These examples allow us to capture, in abstract, La Banlieue du Turfu — in ways which often start from a hybridization of the familiar and the magical, but which we don’t necessarily recognise in this context. For example, the kebab shop is a private-public place and an establishment where many people meet. Or the shisha bars. Just by using the adjective ‘symbiotique’ propels participants into an alternative world.

Superrr: It’s beautiful. So there are different types of visions, as you said, techno-optimistic, utopian, dystopian and something in between?

Makan: In everyday life, the dystopian narrative is the most common, the usual. Then you have the optimistic counter-narrative. In the design fiction workshops co-created with Max, there were techno-optimistic stories, or rather phantasmagorical stories. But that’s normal. In the end, creating new narratives is not easy.

Superrr:
Thank you very much, Makan and Hugo. And a final question. Which three emojis best describe your current emotional state?

Hugo: 🛠🐙🌿

Makan: 🙏👩🚀🧙🏿‍♀️🧝🏽‍♀

Entretien: La Banlieue du Turfu

Makan et Hugo (Banlieue du Turfu) avec Ouassima (Superrr Lab)

Turfu est un terme d’argot français signifiant futur. L’objectif de ce projet est de créer des futurs spéculatifs pour les banlieues françaises qui contredisent les récits dominants de pessimisme et de privation. Non seulement ces idées fausses sont trompeuses, mais elles font obstacle à la réinvention et à la revitalisation de ces quartiers urbains. Un entretien avec Makan Fofana et Hugo Pilate.

Image credit: La Banlieue du Turfu

Superrr: Comment le projet est né?

Makan: Il y a une manière officielle du début projet et une manière officieuse (unofficial.) La manière officieuse c’est lorsque j’ai fait une dépression alors je devais tout recommencer à zéro pour me repenser et repenser à mon environnement en abandonnant une partie de mes valeurs, (la culture politique de gauche, la culture quartier, la religion, la culture hip-hop) de mes connaissances parce que ça ne marchait plus, pour moi. Je voulais faire un projet de manière autonome en m’inspirant des philosophes, tels Socrate, Nietzsche et Platon. J’ai demandé l’avis à personnes, ni à mes amis, ni à un organisme d’accompagnement, parce que je m’attendais à ce qu’ils ne comprennent pas ma démarche. Je m’attendais aussi à des réponses comme “ton projet n’est pas clair, demande de l’aide à l’assistante sociale ou au Pôle emploi.”

Ensuite au bout de deux ans, quand ça allait mieux et j’ai intégré « Station F » en tant que start-up manager. Station F est un incubateur à Paris, qui se présente comme l’un des plus grands incubateurs au monde ou d’Europe. À Station F ça bouillonnait, c’était le centre de la start up nation à la française et tout le monde souhaite voir la prochaine pépite française émerger de la bas. Ce qui signifie que le(s) futur émergeront de ce lieu. J’habite en région parisienne à 1h30 de Paris et un jour comme ça dans le train, je me suis dit pourquoi j’ai besoin de faire 1h30 de transport pour entrer dans le futur ? Pourquoi le futur ne pourrait pas commencer directement depuis mon quartier ? C’est la manière officielle dont le début du projet à débuter. Un mélange entre philosophie et pratique entrepreneuriale.

Superrr: Il s’agit donc aussi d’un parcours de renforcement des capacités ?

Makan: Oui oui on peut dire ça. J’aime bien le terme du philosophe Nietzsche. Il parle de volonté de puissance. J’étais à la recherche de puissance mais pas la puissance du peuple, pas la puissance politique, pas la puissance par la force, mais quelque chose d’autre de plus doux qui prennent en compte ma vulnérabilité.

Superrr: Comment la Banlieue du Turfu s’est développé ?

Makan: Ensuite, je me suis dit que pour développer le Banlieue de Turfu j’avais besoin d’une aide spécifique, celle d’un programme qui me permettrait de donner forme à mes idées. Alors, j’ai intégré Time 2 Start, un programme de start-up qui dure 6 mois pour les entrepreneurs des quartiers. Mais ce n’était pas le bon espace pour moi je crois ou je dirais plutôt que la philosophie, la réflexion était pour moi plus important, que de vendre un MVP minimum viable product. Dans le monde des start ups, il faut aller vite, pitcher en 1 minute, définir concrètement les choses. Mais je ne pouvais pas car j’avais une pensée, une vision en germe et non un produit ou un prototype. Donc à la fin du programme, je ne me suis pas découragé, bien au contraire, j’ai fait un prêt étudiant, puis je suis entré en école de design, à Strate, après avoir essuyé deux refus d’autres école de design. La troisième candidature à été la bonne, j’ai eu de la chance.

Pour mon projet de diplôme, je me suis intéressé à la conception du futur dans le quartier. C’est là que je me suis rendu compte que le futur, c’est sortir du quartier. Sortir du quartier est le signe d’une réussite matérielle et symbolique. C’est comme ça qu’on montre qu’on a réussi matériellement et symboliquement aux yeux de la société en sortant du quartier.

Donc ce qui signifie que banlieue x futur est un oxymore, des antagonistes, des opposés. Banlieue x rêve est aussi une autre antagonisme qui structure nos pensées d’humains contemporains. “Pour accomplir mes rêves je dois sortir du quartier.”

J’ai validé mon année en design et ensuite, j’ai rencontré Max Mollon un chercheur et designer qui m’a fait découvrir le design fiction comme méthodologie. Et donc, j’ai abandonné le design thinking parce que le design fiction ça correspondait plus à ce que j’ai cherché initialement avec la banlieue du futur. J’ai travaillé avec Max pendant un an, et en collaboration avec un Microlycée nous avons réalisé des ateliers de design fiction autour de thématique de la banlieue du futur. Les étudiants ont produits des récits

En même temps, j’ai écrit un essai sur la banlieue du turfu. Puis j’ai rencontré Hugo et ensemble nous avons créé 4 ateliers pour prototyper avec des participants la banlieue du turfu dans le jeu Fortnite. Puis un jour Hugo m’a envoyé l’appel à projet de The New New Fellowship. C’était la première fois que je postulais à un appel à projet pour la banlieue du turfu parce que je n’avais pas confiance en moi et que j’en avais marre d’échouer régulièrement.

Superrr: C’est trop intéressant. Cela me fait penser à .. si tu imagines le Banlieue de Turfu, c’est à dire, il y a des banlieues en futur où il n’y a pas. Si c’est l’imagination qu’il n’y a pas de banlieue pas du tout?

Makan: C’est une très bonne question. Moi en tant que designer, je ne me permettrait pas de prendre des décisions pour tous les humains qui habitent en banlieue, mais par contre, je propose une perspective.

Et dans cette vision-là, la première chose, c’est qu’il y a plus dans ma cartographie de séparation entre le centre et la périphérie. C’est la base. Centre et périphérie ça veut dire banlieue et Paris, province et Paris ça veut dire Europe et Afrique ou Asie ça veut dire un quartier américain comme le Bronx et Manhattan par exemple.

Ensuite, il faut savoir que la Terre est une banlieue de la voie lactée, donc tous les terriens sont des banlieusards. Et cette marginalité cosmique n’a pas empêché la vie de proliférer.

Ensuite que la banlieue est née dans le monde, elle est déjà dans le monde, elle n’est pas « hors ». Ce n’est pas à l’intérieur ou à l’extérieur qu’elle est là. À mon avis on ne peut pas dire que Hollywood ou Miami ou Dubaï, “la bas c’est trop bien” et “au quartier c’est pourris.” Ce n’est pas parce qu’un espace est plus doté économiquement qu’il doit se transformer en soleil dans nos esprits. Symboliquement dans l’imaginaire collectif en effet Hollywood c’est mieux que mon quartier mais en réalité les espaces les plus élevés sont les espaces montagneux.

Quand je suis dans la banlieue, je suis dans le cosmos et je m’inscris dans le temps long. Les banlieues françaises n’ont pas plus de 50 ou 60 ans, ce n’est pas la peine de réduire mon existence à un temps si court. Je fais partie de l’espèce humaine, qui existe depuis un certain temps.

Ce n’est pas seulement un changement architectural ou un changement d’architecture que recherche la banlieue du turfu. Non, c’est un changement civilisationnel. A partir du moment où on change les rapports entre le centre et la périphérie, entre les barbares et les civilisés, du coup, le monde change aussi.

Hugo: C’est que l’impression qu’on a eu lors de l’organisation des ateliers: on a l’impression parfois que le fait de travailler sur la Banlieue du turfu pour des gens qui ne sont pas de banlieue — et c’est un peu le positionnement que j’avais peut-être eu au début aussi — consistait à faire en sorte que ce soit “moins mal” en banlieue. C’est améliorer la qualité de vie en banlieue, c’est jamais pour s’inspirer de la banlieue. A moins qu’on ne parle de ce concept flou et un peu limitant de la culture urbaine: de rap, d’art ou le sport, la les gens sont près à s’inspirer. Au début, moi, j’étais un peu sceptique sur le pouvoir de l’imaginaire mais quand on fait face à ce type de raisonnement, on se dit bah ouais, c’est vrai qu’il faut qu’on commence à s’intéresser au sujet de la banlieue comme ayant ses propres Turfus à proposer. C’est plus par des constats, s’écouter les uns les autres et c’est un des éléments qui a été assez intéressant à travailler dans nos ateliers.

Superrr: On a parlé de votre vision de banlieue de Turfu, il y a des visions des jeunes, est-ce qu’il y a des exemples que vous pouvez partager avec moi ?

Makan: Je peux raconter les récits dominants que j’ai rencontré : Le premier récit raconte la banlieue à travers le manque. “On n’a pas ceci, on n’a pas cela. Il nous manque ceci ou il nous manque cela.” C’est un récit pessimiste.

Il y a un second récit qui est un récit qui essaie de répondre à ce pessimisme. Un récit entre guillemets optimiste, qui dit « en banlieue, il y a pas de problème » Les gens sont créatifs, ils sont entrepreneurs ? En réalité pour moi, ce n’est pas un récit, ça. c’est une réaction. La réaction à une mauvaise image de l’environnement.

Et puis, il y a le troisième récit qu’on a déjà abordé c’est le mythe du succès. Pour réussir il faut que je sorte du quartier. C’est une obsession. Ça revient tout le temps comme une obsession dans la bouche des jeunes, des parents, des politiques, des médias, des musiques, des films.

Une fois, au tout début de la banlieue du turfu j’ai fait un atelier avec une classe, en venant en cours les mains vides. J’ai pris un paperboard et j’ai écrit : qu’est ce que la banlieue du turfu pour vous. J’ai dit maintenant, nous allons parler de la banlieue et du futur. C’est quoi pour vous, les jeunes ? Personne n’a su me répondre. Et lorsque quelqu’un m’a répondu, je me rappellerais toujours, (parce que j’avais était très étonné), une étudiante me dit, « c’est un appartement plus grand, une grande maison simplement ». Voilà donc le futur de la banlieue c’est quoi, c’est son opposé : un quartier bourgeois. Le futur de la banlieue était un angle mort de la culture du quartier.

Par exemple, une étudiante est venue en cours attristé. Elle a dit « je ne veux pas travailler, mon copain, m’a quitté. On a dit « bon, on va te donner des aspirations et raconte nous ton expérience. Et comme nous avons proposé des inspirations de la culture africaine et notamment le fétiche. Le groupe d’étudiantes a inventé un récit dans lequel les fétiches étaient devenus une institution. Une autre aussi a imaginé un journal télévisé dans lequel on ne pouvait pas avoir de mauvaise nouvelle. Et un autre étudiant qui a inventé dans sa banlieue un récit fantastique, fantasmagorique, par exemple, qu’il a inventé une monnaie écologique, un Poké Ball. Là-dedans tu mets des plantes qui poussent et après c’est la monnaie. Là aussi, c’était cool. C’était un récit bien, pas trop de technologie parce qu’on a changé la méthodologie, mais c’est plus fantasmagorique. Ça à dire que c’est plus dans la fantasy ce qui était un bon point côté fabulation mais plus difficile si on pense en terme de scénario probable.

Superrr: Hugo, veux-tu nous donner un peu de contexte et d’idées ?

Hugo: Pour remettre un peu en contexte, le projet Banlieue Turfu, avait déjà commencé à se développer sous forme plateforme participative, plateforme d’imaginaires, plateforme pour penser du Turfu alternative. Et quand j’ai découvert ce travail, en fait, je me suis dit que ça serait rigolo de pouvoir le prototyper ou lui donner forme autrement, par exemple en passant par un jeu vidéo comme Fortnite. D’un côté le jeu nous permet de donner une interprétation assez tangible des concepts qui émergent des discussions dans les ateliers et d’un autre, utiliser ce genre de plateforme mondialement connue pour ce genre de création de mondes fictionnels révèle des biais culturels tout aussi intéressants. Et donc, on a fait des ateliers un peu hybrides qui s’inspiraient des deux mondes où la première partie avait un thème comme les liens entre Banlieue Turfu et Mars, ou à quoi ressemblerait une Banlieue du turfu afro-cyber-féministe. On a invité les participants à imaginer ce que ça voulait dire pour eux et ensuite concevoir des micro-récits qu’ils pourraient interpréter dans le jeu vidéo et les construire virtuellement.

Superrr: Interessant.Tu peux nous donner un example?

Hugo: Pour vous donner une idée, on partait de phrases comme “Dans une banlieue alternative et enchantée, les célébrités participent au développement du quartier à travers le kebab symbiotique.” Ou bien “Les décrocheurs scolaires peuvent découvrir d’autres savoir-faire grâce au symbiote qu’ils cultivent. Ils peuvent aussi étudier, travailler quand ils le souhaitent, grâce aux arbres poètes, qui récitent des chansons et autres textes à longueur de journée.” Ce genre de phrase nous permet de capturer une essence abstraite de la Banlieue du turfu qui partait souvent d’un mix de magie et d’hybridation de termes qui nous sont familiers, mais qu’on ne connaissait pas forcément dans ce contexte. Par exemple, le kebab comme lieu privé-public et établissement où plein de gens se retrouvent ou la chicha, qui sont des lieux qui existent, mais en mettant juste l’adjectif symbiotique après — souvent en fonction des discussion qu’on venait d’avoir- ce nom, ca propulse les participants dans un monde alternatif.

Superrr: C’est magnifique. Donc il y a des visions, comme tu as dit, techno-optimiste, utopiste, dystopique aussi et quelque chose entre les deux?

Makan: Dans le quotidien, le récit dystopien est le plus répandu, le récit habituel. Et d’un autre côté tu as le contre-récit, plus optimiste. Et dans les ateliers de design fiction co-créé avec Max, il y avait des récits techno-optimistes ou des récits plutôt fantasmagoriques. Mais c’est normal, finalement créer de nouveaux récits ce n’est pas facile.

Superrr: Merci beaucoup, Makan et Hugo. Et une question à la fin: Quels sont les trois Emojis qui décrivent le mieux votre état émotionnel du moment?

Hugo: 🛠🐙🌿

Makan: 🙏👩🚀🧙🏿‍♀️🧝🏽‍♀

Image credit: La Banlieue du Turfu

Building inclusive and just digital futures

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store